L'histoire de Renée

J’ai vécu les 17 premières années de ma vie sans savoir que je suis née avec un défaut congénital de ma valve aortique. Ma valve avait 4 feuillets au lieu de 3. Lorsque j’ai commencé ma 12e année, j’ai commencé à être à bout de souffle quand je montais les escaliers. J’étais surprise puisque j’étais une jeune athlétique. Ma mère a suggéré de prendre un rendez-vous avec mon médecin de famille. À mon rendez-vous, il a entendu un souffle au coeur qu’il n’avait jamais entendu. Il m’a donc référé à un cardiologue. Quelques mois plus tard, l’on m’a dit que j’aurais besoin d’une opération à cœur ouvert pour qu’ils puissent réparer ma valve. Mais mon cardiologue voulait attendre quelques années pour faire certain que j’avais fini de grandir.

À cette époque, on ne pouvait pas, ou ce n’était pas commun, d’avoir des enfants avec une valve mécanique.  Donc j’ai choisi d’avoir une valve de tissus de cochon en sachant que je devrais la remplacer dans le futur. C’était les belles années. J’aimais dire à tout le monde que j’étais ‘’à partie cochon’’. Mais, 6 ans plus tard, enceinte de 24 semaines avec notre premier enfant, la valve a lâché et j’en avais besoin d’une nouvelle sur-le-champ. Les médecins ont tout fait pour repousser la grossesse à 28 semaines, pour que mon bébé ait une chance de survivre, mais ça n’a pas été le cas. Après seulement une semaine à l’hôpital, mon corps en avait assez et l’opération a cœur ouvert devait être faite. Cette fois-ci, ils ont inséré une valve mécanique.

La médecine avait évolué en 6 ans, j’ai pu avoir un enfant avec une valve mécanique. Ce n’est pas sans complications ou risques, mais nous avons eu une petite fille 1 ans et demi après ma deuxième opération à cœur ouvert. Pour des raisons tout à fait évidentes nous avons choisi l’adoption pour notre deuxième enfant (un garçon).

La vie était belle jusqu'à mes 47 ans lorsqu’un anévrisme a été découvert dans mon arc aortique. J’ai donc eu ma troisième opération à cœur ouvert. Ils ont donc remplacé ma valve aortique avec une valve synthétique et du même coup ils ont remplacé ma valve mécanique que j’avais depuis 21 ans. J’aime dire aux gens que j’ai eu un deux pour un! Après ma chirurgie, ils ont conclu que j’avais un blocage cardiaque complet (un problème électrique). J’ai donc reçu un stimulateur cardiaque.

J’ai toujours été en santé, mais toutes ces chirurgies ont fait que je n’avais plus confiance pour m’entrainer. Mais après avoir fait la Réhabilitation Cardiaque, je suis de retour à faire les activités que j’aime. Je me promène à bicyclette. Je marche et nage. Je fais du wakeboard, paddleboard, et du yoga. Je vais au gym régulièrement. Je prends des cours de danse avec ma fille et je profite de la vie. Je veux que les gens sachent que c’est possible de vivre une vie normale même avec une maladie cardiovasculaire. J’en suis la preuve.